L'Héritage de l'Empereur

À la recherche du Lusankya

Résumé de la séance du 2013-09-26

« Quelle dévastation. Krytos est un tueur sanguinaire et efficace. Autrefois glorieuse, ARK-01 est dorénavant vidée de ses habitants et porte les nombreuses cicatrices des confrontations qui ont eu lieu en elle. L’odeur de la mort y est mélangée avec celle de la putréfaction causée par l’étrange et dégoûtante liquéfaction des corps que le virus engendre.

Mais nous sommes des soldats de la République, maintenant. Ce genre de réflexion ne nous est plus permis. Le Lusankya, qui s’est extirpé de la surface de Coruscant en éteignant des millions d’âmes, se cache toujours quelque part dans la galaxie. Pour trouver un si gros navire, il suffit de suivre son réseau d’approvisionnement. Rapidement, M.A.R.V.I.I.-N nous indiqua que cette tâche ne sera pas nécessaire : le Lusankya aurait été aperçu près de Thyferra par les espions du réseau d’espions Bothan. Pourquoi Thyferra? La planète est responsable de la production de la majorité du bacta dans la galaxie et est manie par conséquent un pouvoir politique considérable. De plus, la présence du Lusankya près de Thyferra semble attirer d’autres chefs de guerre et leur flottille, qui se regroupe sous la bannière de l’immense navire pour leur protection. Il était alors évident que le Lusankya et son capitaine souhaitait imposer un embargo sur le trafic du bacta hors de Thyferra afin d’accroître l’impact du virus Krytos, qui cible principalement les non-humains, et continuer à alimenter l’insatisfaction de la population par rapport à la République. Des mourants ne font pas la différence entre un embargo de bacta et un complot de leur gouvernement pour les en priver; il est alors facile de les manipuler contre la République.

Crix Madine, notre nouveau mécène républicain, nous indiqua alors que le célèbre Rogue Squadron était lui aussi à la poursuite du Lusankya et que nous pourrions rejoindre nos forces aux leurs. Malheureusement, Madine ne maintenait pas de contacts directs avec l’escadron et pouvait leur parler uniquement par personnes interposées. Ainsi, Madine réveilla son réseau de contacts afin de rejoindre l’escadron mais pour l’instant, nous étions laissés à nous-mêmes.

Afin de rattraper le Lusankya, nous devions maintenant quitter ARK-01. La capitaine du vaisseau sur lequel Wil-Ril avait œuvré, Daayala, nous fit don de son vaisseau, un vieux transport GR-45 qui avait vu de meilleurs jours. Pour nous, c’était le vaisseau idéal. Contrairement à son prédécesseur, le GR-75, le GR-45 n’était pas associé à la République. Notre voie devrait donc être sans heurts jusqu’à Coruscant, qui se trouvait entre nous et Thyferra et sur laquelle nous allions pouvoir ravitailler et déposer notre équipage de fortune récolté sur ARK-01.

Alors que Karl Purnell et Takish s’occupaient des réparations au GR-45, je portai mon attention sur Ekko, toujours sur la surface de Arkania. À travers la Force, je communiquai avec notre pilote Duros pour lui indiquer que nous étions toujours en vie et à sa recherche. À travers ses contacts de la République, Ekko me donna rapidement signe de vie. Comme toujours, il s’était sorti du pétrin. Avec un vaisseau et un pilote réquisitionné auprès de Madine, je me dirigeai alors vers la surface d’Arkania.

Ekko me raconta alors qu’il avait été capturé et s’était échappé d’un camp de prisonniers. À la demande d’Ekko, nous retournâmes aussi sur les lieux de l’écrasement de notre vaisseau, là où tout avait commencé sur Arkania, afin qu’il puisse y récupérer de l’équipement sensible qu’il ne voulait laisser derrière lors du retour vers ARK-01.

De retour sur la station et alors que les réparations se poursuivaient, je plaçai Ekko sous la protection de la Force afin de lui permettre de dormir et de récupérer de ses blessures et consacra mon attention sur le ravitaillement du Lusankya. Takish, quant à lui, s’attarda aux routes hyperspatiales que le navire aurait pu emprunter alors que Karl Purnell tenta de déceler les intentions du capitaine du navire en consultant les différents articles sur la tragédie via le HoloNet.

Qui pouvait ravitailler un si gros navire? Mes recherches me ciblèrent alors deux groupes. Les cartels Hutt ou le Black Sun. Nar Shaddaa, la planète de prédilection des Hutts, pouvait-elle nous apporter des réponses? Pour l’instant, Coruscant nous attendait.

L’oecuménopole était telle que nous l’avions laissée, une ville qui couvrait la planète entière et abritait le meilleur et le pire de toutes les races et peuples. Dès notre arrivée, nous tentèrent de contacter Nerino via son secrétaire personnel, sans succès. Le secrétaire nous indiqua que Nerino était en retraite « forcée » hors de la planète et qu’il ne savait pas où il se trouvait. Il nous remis par contre les informations d’un contact d’un officier du renseignement militaire sympathique à sa cause. Karl Purnell débuta des recherches pour trouver un ingénieur qui avait participé au développement de la classe de navires des super destroyers interstellaires dont le Lusankya faisait partie dans l’espoir que ce dernier puisse nous indiquer un point faible du navire que nous pourrions exploiter.

Comments

JSL

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.