L'Héritage de l'Empereur

Visions

Dark Lord of the Sith

Une main squelettique, un visage blême se cachant derrière les plis d’un sombre capuchon

Pour un instant, un battement de paupière, l’image de l’escrimeur Wil-Ril Bladefist se transforma. Malek ne pouvait y voir que le côte obscur de la Force, ses manifestations troublant Wil-Ril, s’enchâssant dans ses pensées, guidant ses mains…

Deux sabres laser rouges, maintenant allumés, une moitié de visage cybernétique avec un capteur optique de droide…

La vision se brouilla. Malek se trouvait maintenant face à l’identité sombre de Wil-Ril dans le tunnel rempli des truands qui tentaient de leur bloquer le passage dans la Station ARK-01

Avait-il failli? Ce monstre était-il vraiment Wil-Ril? Était-ce une vision du futur? Le côté obscur envahissait-il ses pensées à lui aussi?

Un instant – un instant ses pensées quittèrent le combat pour errer ainsi, un instant où un tir échappa à son contrôle, au barrage créé par son sabre-laser, et percuta Karl, son ineffable allié des rangs arrières armé de son fiable pistolet laser lourd. Il devait considérer le présent. La tentation du côté obscur ne pouvait être vaincue pour Wil-Ril, Wil-Ril devait le réaliser lui-même, réaliser la force de la lumière. Il ne pouvait que continuer de l’éduquer, de lui énoncer le peu de connaissances qu’il avait glané dans les bas fonds de la ville-planète Coruscant.

Un maître aurait fait mieux mais un maître, ARK-01 n’en comptait pas. C’était eux, Wil-Ril, Malek et Karl, pour la République, contre tous

View
Journal Personnel 7.10.19.17
Dans le coeur de ARK-01

Assis dans le Dayi’s Gift, je me remémore maintenant mes actions et celles de mes acolytes, les impétueux Karl et Wil-Ril Bladefist. Je sais que les Chevaliers Jedi doivent considérer les effets de leurs actions, les conséquences. Je sais qu’attaquer ces gardes arkaniens était un geste répréhensible, j’ai senti le côté obscur se cristalliser autour de Wil-Ril alors qu’il a lancé sa charge – suicidaire – vers la ligne de gardes arkaniens qui le tenaient en joue et l’intimaient de se rendre. Que se serait-il produit si nous avions tenté de raisonner avec eux? Si Wil-Ril avait d’abord parlé, plutôt que réagi avec ses sabres? Le côté obscur semble voiler l’esprit de Wil-Ril alors qu’il combat. Le côté émotif, pur, brut du combat ouvre-t-il une fenêtre vers les émotions sombres des êtres que le côté obscur exploite? J’aimerais posséder la sagesse de mes pairs, ceux de qui j’ai pu lire l’histoire dans les maigres archives que j’ai pu localiser. Comment le grand Obi-Wan Kenobi aurait-il réagi, s’il avait fait face à ces gardes? Aurait-il, comme nous, choisi de placer sa mission avant leurs vies? Je devrai tenter de calmer Wil-Ril, l’amener lui aussi à méditer sur ses gestes et leurs conséquences. Je suis un bien piètre modèle, j’ai joins le combat comme lui, sans tenter d’y mettre fin. Mais avais-je le choix? Pour autant que je le sache, moi et Wil-Ril sommes les deux derniers de notre Ordre… Wil-Ril est capable du bien; il a guéri certains des gardes en les plaçant dans une transe salvatrice de la Force après l’engagement, au péril de sa vie – nous nous savions observés et traqués. Mais il a aussi poursuivi un mercenaire qui s’enfuyait et l’a lâchement abattu avec ses sabres sans même le laisser se retourner. J’ai eu le souffle coupé devant cet acte. La Force, son côté obscur, était alors orientée vers Wil-Ril. Lui murmurait-elle à l’oreille des promesses de pouvoir et de domination?

cantine

Cette station teste nos âmes, il est certain que les décisions que nous prenons sont difficiles à justifier. Mais la fin justifie-t-elle nos gestes, justement? L’usager du côté obscur que nous traquons sans cesse, découvrir les mystères derrière le Free Dac Volunteer Engineering Corps, le virus Krytos? Cette mission pour la République doit être accomplie. Pourtant, pourquoi ces décisions sont-elles si difficiles à prendre? Toujours des tractations, des négociations. Pour quitter la cantine dans laquelle nous nous étions réfugiés après avoir affronté des mercenaires dans une hutte près du Auction House, nous avons du donner un pot de vin au chef et à la serveuse pour quitter par les cuisines, puisqu’épiés par un groupe de mécaniciens qui discutaient de qui allait nous trahir aux gardes parmi eux. L’Auction House et les environs fourmillait de patrouilles. Nous ne devions pas utiliser la violence en ces lieux. Un accès de service derrière les cuisines nous permit tout de même de rejoindre les quais sans être observés. Avec les informations que Wil-Ril avait obtenues dans le Auction House, nous savions où se trouvait le Dayi’s Gift, le navire dans lequel Wil-Ril a atteint Coruscant. Une fois arrivés sur les quais de la station, nous avons du nous cacher. Comme plusieurs équipages de navires, nous ne désirions pas attirer l’attention des nombreuses patrouilles ayant investi les lieux. Un Ugnaught inconnu de Wil-Ril se trouvant devant le Dayi’s Gift, Karl décida alors de l’interpeller avec une histoire abracadabrante à travers laquelle même lui ne semblait se retrouver. Wil-Ril attendit, quant à lui, l’arrivée d’un visage connu. Dumbar, un Mon Calamari sorti finalement du navire. Wil-Ril, lui, quitta l’ombre d’un navire adjacent et put négocier avec Dumbar l’accès au Dayi’s Gift. Relié par appareil de communication, j’ai pu suivre la conversation en cherchant un signe du Free Dac Volunteer Engineering Corps dans les quais. Il apparaît que la capitaine du navire, Dayala, oeuvre pour la République. Un questionnement s’en suivit, sans grand succès. Le Dayi’s Gift n’a pas visité Thyferra et ne peut donc nous éclairer sur la cause des problèmes d’approvisionnement de bacta. Dayala indique aussi ne pas reconnaître la photo de l’usager du côté obscur que lui montre Wil-Ril, tout comme l’emblème du Free Dac Volunteer Engineering Corps. Dayala indique par contre qu’elle pourra activer ses contacts dans la station et chercher des informations.

mobsters

C’est alors que notre fortune changea; je repérai une caisse portant un des emblèmes tant recherchés, le symbole même de l’usine-bunker de Coruscant. La caisse, comme plusieurs autres, faisait partie d’un convoi de marchandise se dirigeant vers une frégate privée – et gardée; des humains portant des pistolets blaster lourds. Dissimulés par la Force, les gardes ne pouvaient m’apercevoir – jusqu’à ce que Karl engage avec eux le combat. Appelés suite à la découverte, le duo s’était déplacé vers la frégate. Le combat fut furieux, des gardes se joignant à l’engagement à partir de l’intérieur de la frégate. L’un d’entre-eux tenta de prendre les airs devant moi en activant son Jet pack, mais mon sabre laser le coupa en deux à la taille avant son ascension – ma seule action offensive notoire, puisque mes mains tremblaient de peur à l’idée d’avoir mis mes acolytes en danger en les impliquant dans cet engagement. Malheureusement, plusieurs des “mécaniciens” décédèrent dans l’altercation. Leur mort en valait-elle la peine?

C’est alors que s’est présentée la patrouille arkanienne. Devant Wil-Ril, qui venait de poursuivre un de nos adversaires, sans doute pour garantir son silence, 4 gardes arkaniens le placèrent en joue. Sans hésiter, WIl-Ril chargea, bientôt accompagné de moi-même et d’une grenade(!) de Karl. Je ne pourrai revenir en arrière et effacer cet acte; je sais par contre que je réagirai différemment lorsqu’une situation similaire se reproduira. Les représentants de la loi auraient du avoir le bénéfice du doute, nous aurions du essayer de raisonner avec eux.

Après avoir placé ceux que nous pouvions en transe, nous les laissâmes sur place, baignés par la Force qui les guérira. Nous avons eu l’occasion de pénétrer dans la frégate et de fermer son écoutille – pas un instant trop tôt, puisque des hommes se clamant d’un Général Girard Lepold firent éruption près de l’écoutille et joignirent les gardes arkaniens. Une discussion envenimée s’en suivit alors. Nous pûmes entendre que les hommes du Général Lepold combattaient une insurrection qui se produirait de l’autre côté de la station – un mensonge pour nous quérir et nous mener devant ce Lepold, sans doute. Wil-Ril agit alors prestement; d’une main experte, il dissimule les scènes de combat au sabre-laser avec des tirs de pistolets blaster et nous indique son plan; agir comme si nous étions les victimes de ce carnage dans le but de quitter la frégate sains et saufs. Sans autre choix, j’acceptai et utilisai un pistolet blaster pour me blesser moi-même dans le but d’ajouter au réalisme de la situation. Nous ouvrîmes alors l’écoutille et lever de rideau et trois coups au sol, notre théâtre put débuter. Les hommes de Lepold et les gardes arkaniens semblèrent n’y voir que du feu; nous furent placés sous la garde de deux soldats arkaniens alors que les hommes de Lepold – étrangement vêtus de vieux uniformes mais avec des emblèmes toutes neuves cousues sur poitrines et bras – investirent la frégate. M.A.R.V.I.I.-N, encore une fois, vint alors à notre rescousse en activant une alarme de feu localisée. Utilisant la Force, j’intimai alors un des gardes d’aller régler la situation, et je convaincs le second d’aller l’appuyer par la suite.

Nous sommes saufs, pour l’instant, et en mesure de retourner vers le Dayi’s Gift.

View
Journal Personnel 7.10.15.14

Cette station, je m’y perds trop facilement. Trop grande, trop froide, je m’ennuis presque de Teth et de sa jungle.

Malek of Trian et KP ont décidé de commencer par le Bazaar, ça me semblait logique…mais quel bordel c’est devenu. C’est 2 là ont fait leur petite scène si j’ai bien vu. Personnellement j’ai cherché dans leur base de donnée pour voir s’il y avait des “coïncidences” du type des vaisseaux qui viennent de Dak en direction de Coruscant.

Ce que j’ai trouvé est probablement plus interressant, un vaisseau Daly’s Gift, ressemblant en tout points à ce charmant cargo qui m’a amené jusqu’à Coruscant il y a quelques mois. Peut-être est-ce que je vais pouvoir revoir mes amis, Dumbar et surtout Daayala. Ils pourraient nous aider dans notre investigation. Je suis tellement heureux de pourvoir les revoir, de savoir ce qu’ils ont vus dans la galaxie…j’ai tant de choses à leur dire.

Pour finir cette entrée sur une note plus sérieuse, Malek of Trian est encore déçu de mon comportement, quoi de neuf? J’ai répliquer à ces brutes qui me “questionnait”. Ils ont commencé! Qu’est-ce que j’étais supposé faire? Les laissez me casser toutes les dents? Je suis de plus en plus confus avec ce mantra, ces traditions dont Malek me parle…

View
Diatribe à WIl-Ril

“Rappelle-moi de ne plus perdre de temps à t’indiquer de ne plus utiliser tes sabres laser au milieu d’un espace public en territoire ennemi Wil-Ril, lança Malek. Les morts ne peuvent plus parler et c’est pour des informations que nous sommes ici, pas pour pratiquer tes parades à deux mains. Je suis beaucoup trop facile à reconnaître pour attirer l’attention sur nous ainsi; tu en vois beaucoup, des créatures félines de plus de deux mètres sur cette station? Parfois, ton cerveau doit être ta meilleure arme; les armes, ta dernière option. Au marché, ton approche a été la meilleure, tu as les capacités pour agir ainsi. Nous n’aurions pas du approcher les marchands de cette façon moi et Karl, je le constate maintenant. Il est impératif que notre nature ne soit pas détectée ici. Pour autant que nous sachions, nous sommes les deux derniers de notre Ordre, il ne faut pas l’oublier. Nos actions doivent refléter les actes des sentinelles Jedi, pas ceux de simples soldats qui veulent démontrer la taille de leur biceps; subtilité, intelligence et discrétion. Garde tes sabres au fourreau jusqu’à ce que ta vie en dépende; nous ne sommes pas les bienvenus ici, et nous ne le serons nulle part.”

“Tu as bien fait pour l’information sur les vaisseaux, Wil-Ril, vraiment.”

Malek tapotta l’épaule de Wil-Ril de sa patte griffée et indiqua à M.A.R.V.I.I.-N de prendre les devants du groupe en altitude.

View
Journal personnel - 7.10.10.21

“Nos exploits sont remarqués, messieurs” mentionnais-je en indiquant du pouce griffé, moqueur, un exemplaire du High Galactic Surveyor affiché dans la vitrine d’un commerce fermé sur notre route vers l’université de Coruscant dans le but de trouver des chercheurs capables d’analyser les circuits imprimés prélevés sur le droide trouvé près du pôle nord de Coruscant.

J’y ai été exposé trop fréquemment depuis mon départ de Trian, mais cet article me remémore la démonisation de mon ordre encore plus clairement; de grands hommes, exposés et détruits tels des traîtres par les clones aux côtés desquels ils combattaient ou exterminés par le chevalier noir des Sith.

Moi et Wil-Ril Bladefist avons maintenant l’opportunité et le devoir de rétablir la vérité, citoyen par citoyen s’il le faut; ces mensonges de Palpatine, comme toutes les tentatives précédentes de ses pairs Sith, ne seront pas suffisantes pour faire taire la Force nous habitant.

Coucher de soleil à la surface de Coruscant

Je n’avais jamais vu les étoiles sur Coruscant. Les nuits passées dans les jungles de Trian à chasser m’ont apprises à guider mes pas en me fiant à leur position et à juger mes lancers de javelots avec leur lueur. Sur la ville-planète de Coruscant avec des immeubles à la hauteur infinie, ce luxe est réservé à l’élite. Cette contemplation fut vite remplacée par la crainte du combat devant une université de Coruscant passée aux mains des ennemis républicains; lors de notre approche, le perspicace Karl aperçu des ombres passant furtivement devant les quelques fenêtres toujours éclairées des immeubles du campus. Dans une guérite devant nous, un droide de combat républicain lourdement armé. Un subterfuge? Pas selon le réserviste républicain à l’uniforme en piètre condition qui se tenait pantois près du droide, paresseusement affaissé à un bureau. Le soldat, tremblant pratiquement devant l’interrogatoire serré de Karl dans son rôle de sergent, nous expliqua que l’université, ayant été le théâtre de révoltes visant la purification des non-humains, était maintenant gardée par un contingent de droides républicains. Le réserviste pu tout de même quérir un droide, qui nous guida vers deux chercheurs exténués pour qui nos circuits imprimés n’étaient qu’une infime partie d’un lot de travail imposant. Les circuits provenaient de l’ usine_bunker que nous venions de visiter; les manufacturiers des pièces avaient même laissé une carte de visite derrière ces dernières, la mention Free Dac Volunteer Engineering Corps y apparaissant fièrement. Me séparant de Karl et Wil-Ril, je me dirigeai alors vers le laboratoire clandestin que nous avions apparemment quitté juste à temps; un cordon de gardes du Sénat bloquant maintenant l’accès à ce qui allait devenir le laboratoire dans lequel la source de Krytos avait été identifiée, imposant une stricte quarantaine. Je pu tout de même contacter le chercheur à qui nous avions confiés les blocs de glace du pôle nord pour analyse pour lui faire part de notre découverte à l’université.

Hologramme d'archive montrant possiblement l'ancien Praxeum d'Arca Jeth sur Arkania

Le lendemain, Karl s’est rendu s’assurer de la progression de la construction de M.A.R.V.I.I.-N alors que j’entrepris des recherches sur Arkania et ses habitants. Xénophobes, les Arkaniens ont fermé leur monde aux étrangers depuis des décennies. Pratiquement rien n’est connu de la surface et le seul point de contact avec l’extérieur de la planète demeure la Station ARK-01, un centre de commerce demeuré, selon toute vraisemblance, neutre. La station était notre destination dès que la construction de M.A.R.V.I.I.-N était complétée dans le but de rencontrer un contact républicain qui pourrait nous informer sur le bacta, la destination finale des caisses trouvées dans l’ usine-bunker et sur la mystérieuse utilisatrice de la Force qui s’y trouvait. Je pu aussi consulter le Bothan Spynet pour tenter d’en découvrir davantage sur l’organisation du Free Dac Volunteer Engineering Corps. Datant de la période de la guerre des clones, cette organisation de Quarrens avait été très active lors d’une guerre civile contre les Mon Calamari, mais avait depuis virtuellement disparue. Si des réponses additionnelles existaient sur l’organisation, elles allaient se trouver sur Calamari. Par contre, aucune information additionnelle sur le Praxeum d’Arc Jeth sur Arkania; ce lieu de connaissance Jedi a été isolé depuis si longtemps, j’ai espoir d’y retrouver des informations sur mon ordre lors de notre visite sur la Station ARK-01.

Après un dernier repas avec Nerino au restaurant du Sénat pratiquement désert, nous nous rendîmes au hangar 25 rencontrer Ekko Tekendes, un Duros, le pilote personnel de Nerino flanqué d’un M.A.R.V.I.I.-N complété, mais avec une personnalité peu chaleureuse – Karl avait du y mettre du sien.

Quelques vaisseaux visibles de la station ARK-01

Un sommeil agité nous attendait à notre première nuit dans le vaisseau minuscule du Duros. Un rêve, engendré par notre puissant lien avec la Force, troubla moi et Wil-Ril. Une figure que nous identifiâmes ensuite comme étant Mace Windu semblait discuter avec d’autres Jedi et un Sénateur. Nous ressentîmes alors leur inquiétude envers le Sénateur, un être duquel semblait émaner une profonde noirceur alors qu’une lumière pure provenait des Jedi autour de lui. Dans le rêve, Maître Windu se tourna vers nous et nous murmura:“Comme les ténèbres se sont déjà cachés dans la lumière, la lumière doit se cacher parmi les ténèbres.”. Une parabole sur la trahison de Palpatine? Un message qu’un groupe du côté obscur devait être infiltré? Mes connaissances sont trop faibles pour aller plus loin dans cette révélation. Un message de Nerino nous rejoignit alors à notre réveil; notre niveau de sécurité ayant été haussé, nous avions dorénavant accès au dossier de Sderan. Dans ce dossier, nous apprîmes que Nerino avait déjà été un padawan; un lien certain entre la révélation du Surveyor quant au passé “trouble” de son père – ce dernier avait-il été un Jedi? La progression de Sderan, quant à elle, était aussi des plus surprenantes. Un “traître” promu à une position de commandement républicain, mais aussi un solide défenseur de ce en quoi le Mon Calamari croyait. L’analyse approfondie du dossier devra par contre attendre, la Station ARK-01 apparu alors devant notre transport à la sortie de l’Hyperespace. Un bref briefing d’Ekko précéda notre arrivée dans la zone arkanienne de la station, patrouillée par des Stormtroopers et des troupes arkaniennes. La “neutralité” de la station semblant remise en question, nos déguisements de mécanicien pour Karl et de chercheurs pour moi et Wil-Ril allaient être essentiels pour parvenir à la boutique de notre contact républicain en plein coeur du bazaar, patrouillé quant à lui exclusivement par des Stormtroopers.

Une patrouille de Stormtroopers dans la station

Nos déguisements étaient meilleurs que je les imaginais; notre groupe se rendit sans embûches à la boutique du Toydarien, notre contact sur la Station ARK-01. Ce dernier nous indiqua que l’offre du bacta en provenance de Thyferra était arrêtée; une énorme quantité avait été achetée récemment, mais aucune autre information n’était à ce moment disponible sur le sujet. Nous indiquâmes alors au Toydarien nos objectifs; ce dernier nous pointa vers un Star Destroyer où habitaient, dans des conditions périlleuses, des individus qui pouvaient nous remettre des informations. le Star Destroyer était relié à la station, mais ce dernier était progressivement réduit en pièces par les propriétaires de la station, réduisant les endroits où les habitants pouvaient demeurer. De plus, le Toydarien nous indiqua d’autres endroits où obtenir des informations; l’auction house, un endroit de commerce au sein de la station, la garnison, qui recherchait toujours des gardes ainsi que les mécaniciens de vaisseaux, qui eux aussi étaient en recrutement perpétuel. Nous devions alors choisir où nous rendre alors que le Toydarien poursuivait pour nous ses recherches.


Message du colonel Finnas Nerino

Bonjour à vous. Je crois que Sderan vous l’avais mentionné, mais j’ai plusieurs contacts sur Ryloth. J’ai finalement reçu une réponse d’eux, et ils nient connaître les prisonniers capturés. Ils affirment avoir des agents sur Coruscant, mais seulement dans l’ancien Invisec. Je suis porté à les croire. Tarkona n’a jamais eu de vision pour la planète, vu qu’il considère les gens de Coruscants comme des ramassis de dégénérés.

Je suis aussi content de vous apprendre que vos droits d’accès ont été élevés. Vous êtes maintenant officiellement confirmés comme agents de la République, au grade 3. Cela vous donne accès à certaines ressources sécurisées sur le Bothan Spynet. Je me doute de ce que vous voulez savoir en premier, alors j’ai inclus à ce message le dossier de Sderan.


Message du lieutenant-colonel Sderan

Pendant que vous visitiez la station et discutiez avec Nogo l’Ancient, un message est arrivé pour vous. Tek l’a transmis sur un canal sécurisé vers vos comm-links.

Salut les gars. Le 4-5-4 et moi, on est toujours dans les débris de l’usine mais on a trouvé des p’tites choses qui pourraient vous intéresser. J’était supposé gardé ça pour le brass , mais comme Karl disait, entre soldats, faut s’entraider. J’ai appris que vous voyagez avec le vieux Tek, et je lui ai demandé de vous transmettre le dossier de l’ usine avec nos dernières informations.

View
UFC 57624 Sderan VS Nerino

De retour à notre besogne, meme pas moyen d’avoir une semaine de congé dans ce bataillon de merde … bien content qu’on nous aille assigner à une mission spéciale sur Arkania. En espèrant qu’on y trouve des réponses à nos questions. Pas grand chose au programme ce matin, j’ai laissé les taches diplomatiques à mes deux collègue afin de nous dénicher un droid potable avant d’être en terra incognita. Taches simple sauf pour la partie oû je dois tordre un bras a Sderan afin qu’il me réfère à un de ses nombreux contacts. Dur de s’en faire d’ici des contacts car souvent ton seul lieu de rencontre se trouve sur un champ de bataille, bref l’endroit oû tu as le plus de chance de ne plus revoir quelqu’un.

Sderan a de bon contacts…j’ai rencontré ce sullustan nommé Vino qui es en charge du plus impressionant inventaire de pièces de droids de tout Coruscant probablement. Malheureusement Vino ne peut rien faire pour satisfaire mes goûts raffinés en matière de droids mais m’a informé que nous avions bien des chances de trouver ce que nous cherchions près de la calotte polaire. Espèrons que la rencontre avec Nerino est été fructueuse pour mes deux compères.

Le chemin fut long pour nous rendre là-bas mais la #323 nous a finalement amener a bon port. Nous y avons fait la rencontre du seul occupant du poste mais qui nous a été d’une aide apprécié…de plus nous avons trouver ce que nous cherchions et même plus…En chassant les droids sur les plaques glaciales, nous avons mis la main sur ce que croyions être un échantillon de Krytos laissé là pour des raisons très nébuleuses et qui nous l’espèrons va pouvoir nous permettre de faire un peut plus la lumière sur ce qui se passe réellement ici.

Après des analyses indépendantes mais très peu poussées mais somme en voie de conclure qu’il s ‘agit bien de ce que avions redouté tout ce temps là…la symptomes du Krytos ne sont pas dûs à
un virus quelconque mais plûtot a cause d’une contamination de l’eau…En espèrant que l’alliance arrive à trouver des réponses avant qu’il ne soit trop tard…


Le groupe est donc parti vers le laboratoire de l’université, afin de contacter quelqu’un capable d’analyser les circuits imprimés relevé sur le robot trouvé près du pôle nord. Sur le chemin, un journal imprimé et affiché dans une vitrine attire votre attention.

extrait de journal

Karl reconnait le journal comme le High Galactic Surveyor, une feuille de chou de bas étage, mais qui a un certain attrait auprès des vétérans des armées impériales.

View
Journal de campagne 7.10.12.09


Malek, Wil-Ril et Karl étaient sur le pas de la porte d’un studio d’holovision dans le secteur ambassadorial de Coruscant dans lequel ils venaient d’obtenir une audience avec le colonel Nerino.


D’un regard, les 3 sergents de la Nouvelle-République réalisèrent qu’ils espéraient tous que la frigide Arkania, vers la quelle ils étaient maintenant envoyés, allait être la clé pour vaincre Krytos duquel ils constataient de plus en plus la virulence.


Soutenant ce regard quelques secondes additionnelles, les trois sergents décorés se séparèrent finalement; une semaine leur était accordée pour préparer leur départ et de nombreuses tâches les attendaient.

Malek de Trian, maintenant seul, ferma les yeux pour localiser la source de l’odeur enchanteresse qui semblait entourer le studio. Marchant lentement, Malek découvrit alors un jardin de roses de jade. Ce jardin, immédiatement apaisant, fit imaginer à Malek ce que devaient être les jardins de méditation Jedi du Temple Jedi de Coruscant qu’il voyait devant lui entre deux arbres, forteresse silencieuse de son Ordre. S’agenouillant dans le jardin, Malek entreprit de méditer pour dénouer les ficelles que la Force semblait nouer autour des événements et des âmes.



La fonderie de l’usine bunker venait de passer aux mains de notre commando. Un chirurgien oeuvrait déjà sur Wil-Ril pour que l’avancée se poursuive, pour percer les mystères de cet endroit. Je me tenais devant Wil-Ril et suivit les courants de la Force vers 2 AAT et 12 soldats de la Diversity Alliance se tenant à quelques mètres devant moi, derrière un épais écran de fumée et dans la noirceur partielle. Mes yeux s’ouvrirent alors. Je murmurai l’était de la situation à Meat, qui, d’un signe du menton, indiqua son support. Karl, lorsque mon regard croisa finalement le sien, avait déjà une grenade et son pistolet blaster à la main, la détermination de finir ce qu’il avait commencé gravée sur son visage. Wil-Ril Bladefist, sa chirurgie terminée et toujours sévèrement blessé, n’hésita pas une seconde et mima le déplacement d’un objet avec la Force. J’imitai son geste; bientôt, deux grenades à fragmentation flottaient paresseusement vers les AAts et la Diversity Alliance.

La surprise fut totale dans les rangs de la Diversity Alliance suite à notre attaque éclair. les AATs ne retournèrent pas nos tirs; les soldats non plus, Krytos n’allait pas le permettre. Leur état de liquéfaction était si avancé que le moindre contact avec eux perçait la coquille fragile de leur corps et les libérait de leur douleur terrible. Ces soldats étaient au front pour nous infecter, mais peu importe qui leur ordonnait d’y être devait avoir une main de fer et un manque complet d’humanité. Cet engagement, terminé aussi rapidement qu’il avait débuté, nous révéla que les AATs n’étaient que des armures vides, la terreur qu’ils imposaient lors de la Guerre des Clones. loin derrière eux. Nous arrivions à la fin des défenses de l’usine bunker.

Notre percée nous permit de pénétrer dans le hangar de l’usine, où chaudrons et moteurs titanesques partageaient l’espace avec blocs d’habitations et couchettes où des membres de la Diversity Alliance mourraient de leur affliction de Krytos sans la moindre dignité élémentaire. notre attention fut d’abord attirée par l’entrée de la tourelle laser dévastatrice. Sa mise hors d’état de nuire essentielle à l’entrée du Lieutenant-Colonel Sderan et des hommes du 454e dans l’usine, nous nous dirigeâmes alors vers son escalier, pour réaliser que Krytos avait déjà réclamé le servant de la tourelle.

L’exploration des blocs d’habitation subséquente nous permit de découvrir un enregistrement holographique dissimulé sous un sous-main et de nombreux morts, l’odeur pestilentielle régnant dans l’usine ne faisant pas exception en ces lieux. Prestement remis au Lieutenant-Colonel Sderan l’hologramme enregistré fut transféré à Nerino, son contenu inconnu de notre commando. Le reste du hangar passé au peigne fin par les soldats du 454e, nous accordâmes notre attention à de lourdes portes blindées, laissées partiellement ouvertes, qui semblaient mener vers le quartier général de la Diversity Alliance.

Une femme tranchant le bras d’un Quarren tenant un datapad avec un sabre laser rouge sur la passerelle d’une pièce dominée par des Rodians malades derrière une artillerie laser imposante, telle était la scène qui nous attendait dans le quartier général de la Diversity Alliance dans l’usine et qui habitera mes pensées pour de longs moments… La femme portant le sabre de la tradition Sith. a fuit ses hommes et l’usine immédiatement après avoir crié que Qemlat l’avait failli et tranché le bras du Quarren Qemlat, auteur d’un journal dans un datapad récupéré par Wil-Ril qui allait nous apprendre tout ce que nous savons maintenant sur l’usine et ses occupants. Une voix sur un haut-parleur, voix qui terrorisa les officiers Rodians, annonca l’explosion imminente du moteur 5. Retraitant de l’usine qui allait se transformer en boule de feu dans quelques secondes, nous laissâmes la femme au sabre laser derrière nous.

Bien plus tard, après avoir analysé le contenu du journal de Qemlat et lu le compte-rendu présumé écrit par Zanoor du Journal de Coruscant d’une séance extraordinaire du Sénat de la Nouvelle-République qui semble indiquer une conspiration pour éliminer la population non-humaine de Coruscant en les isolant pour contrer la progression de Krytos, nous réalisons que la femme au sabre-laser était un officier fanatique à la recherche d’un artéfact, une pyramide triangulaire qui avait été récupérée de l’usine par Anakin Skywalker il y a plusieurs années et dissimulée dans quelque chose nommé “le Lusankya”, le “joujou” d’une “directrice” qui demeure inconnue. Tous ces morts, pour un artéfact qui ne se trouvait même plus dans l’usine. Qu’est-ce que le Lusankya? La façon de le nommer indique qu’il s’agit d’un vaisseau ou d’un bâtiment; une forteresse? Qui est la femme au sabre laser et pourquoi ce fanatisme pour un artéfact dissimulé par un seigneur Sith? Qui était la “directrice” Qui était Tzemorin, le nom que Qemlat a hurlé alors que son bras était sectionné?

Toutes ces questions, Nerino ne put y répondre lors d’une audience dans un studio d’holovision. Nerino nous annonce par contre que notre mission allait se poursuivre sur Arkania, la planète natale des Arkaniens et d’Arca Jeth, un maître jedi de la République et de son praxeum. Ce praxeum, un carrefour de notre Ordre il y a des milliers d’années, allait peut-être agir comme une lanterne pour notre mission et nous éclairer la voie, de même que mes recherches sur l’histoire de notre Ordre. Ekko Tekendes, le pilote personnel de Nerino, était à notre disposition pour nous conduire vers Arkania.

Malek, d’un mouvement de sa queue préhensile, replaça son enregistreur dans une poche de sa robe. Il demeura de longues heures assis ainsi, à contempler le temple de son Ordre

View
EXTRA! EXTRA!

Coruscant Journal – Special Edition

EXTRA ! EXTRA !

Scandale au sénat ! Les sénateurs voue le peuple de Coruscant à la mort !

Notre fidèle contact du Journal auprès du sénat nous rapporte aujourd’hui le contenu enregistré de la séance extraordinaire d’aujourd’hui sur la situation du Krytos sur Coruscant. Quoique bref, cet enregistrement démontre sans l’ombre d’un doute que les autorités républicaines conspirent pour éliminer toute la population non-humaine de Coruscant.

Aucun membre du sénat n’a accepté de corroborer les dires de l’ enregistrement. Le Sénateur par Interim Nerino a néanmoins accepté de tenir un point de presse demain matin pour faire le point sur le sujet.

Zanoor, rédacteur en chef

View
Journal Personnel 7.10.12.09

journal personnel rapide aujourd’hui.

Nous avons pris la fonderie, mais c’est peu important, car j’ai compris.

Malek of Trian n’arrête pas de me parler de calme, contrôle de mes émotions et que lorsque j’utilise la Force dans cet état, elle me parlera, je la laisserai me guider.

Je n’ai jamais réussis à atteindre cet état, mais aujourd’hui j’ai réussis et mes lightsabers en étaient le focus. J’ai vu qu’ils étaient une ancre sur quoi je peux me concentrer, une présence immobille et immuable, calme et sans passion.

Malek of Trian m’a toujours parlé que l’Ordre Jedi avait plusieurs types de spécialité: négociation, diplomacie, investigation, protection…et bien sur le combat et l’infiltration. J’ai compris que c’était mon destin, j’ai été forgé pour l’assassinat dans ma jeunesse et je peux utiliser mon passé pour le bien de la République et le peuple, chasser le mal ou il se cache.

J’ai maintenant un but…un destin…je l’ai senti…

View
Dans la chaudière du diable part 1 10-06-21

Décidément c’est a se demander qui veut notre mort a tout prix. Encore ce matin on s’est encore fait solliciter par ce poisson clown qui ne voulait rien de moins de mettre encore nos vies en danger sans nous donner rien en retour sauf une pathétique bouteille de cognac… décidément il va falloir que je me débrouille une fois de plus pour trouver des réponses a mes questions mais c’était quand meme une mission bien organisée et j’ai enfin l’occasion de travailller avec une équipe plus mature qu’auparavant… fini les petites crises des comandos du 454e. Mais bon revenont a nos banthas…

Comme je disais, les journées de vacances se font de plus en plus rare ici, nous avons donc été convoqué dès la première heure dans le bureau de Sderan afin qu’il nous informe des plus récents développement concernant l’attaque qui avait eu lieu la veille. Ainsi nous avons appris que l’attaque, bien que n’ayant pas été parfaite, nous a quand meme permis de percer comme prévue la forteresse de l’ennemi. Tout de meme l’alliance s’est quand heurté à beaucoup d’opposition dans la fonderie. Donc Sderan nous a demander notre support afin de permettre à ses troupes de se reposer un peu et d’éviter des pertes inutiles.

Une fois sur place nous avons pris contact avec un quelconque gradée qui nous informa de la situation auquelle nous aurions à faire face. Quelque instants après nous avons entendu des murmures provenant de la fonderie et nous nous sommes immédiatement mis en position d’attaque. Malek, Gandhi pour les intimes, dès lors a décidé des prendre les choses en main et, subtilement, a fait son entré dans la pièce accompagné, dans les instants qui ont suivis, par Wil-Ril. Tout semblait parfait jusqu’a moment ou un lourd tir de blaster se fit entendre et puis tout bascula…

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.