L'Héritage de l'Empereur

En route vers Thyferra

Résumé de la séance du 30 septembre 2014-10-06

En route vers Thyferra dans les entrailles de notre vaisseau, je méditais, tentant d’interroger la Force afin d’obtenir des indices sur le Rogue Squadron, la situation du bacta, le chef de guerre Zsinj, son vaisseau amiral et son armada vers laquelle nous nous dirigions aveuglément…

Des considérations plus banales vinrent alors interrompre mes pensées : nous devions ravitailler. La seule option qui s’offrait à nous était une vieille base de recherche de la République désaffectée depuis la guerre des clones qui servait maintenant, selon toute vraisemblance, de port illégal contrôlé par les Hutts.

L’astroport était installé dans une caverne creusée à même la pierre du grès du sol de la planète au sein de ce qui semblait être une vaste cité abandonnée. À travers le brouillard, nous aperçûmes de gigantesques tours qui s’élançaient vers le ciel – la cité devait être magnifique, à son apogée.

Dès notre atterrissage, il nous apparut immédiatement que les visiteurs de l’astroport étaient inquiets; l’ambiance générale était à la hâte, tous se pressaient pour compléter leurs tâches et quitter le hangar. Comme nous avions promis un verre à notre pilote – qui semblait moins apprécier sa décision de piloter notre vaisseau de jour en jour – la cantine semblait être un bon endroit pour glaner des informations sur les causes de cette inquiétude généralisée.

Dès notre arrivée à la cantine, quatre Rodian attirèrent immédiatement mon attention – une femme couchée sur leur table, inconsciente. Des chasseurs de primes? J’amenai des consommations à leur table et adressai la parole à celle qui semblait être la leader du groupe.

C’est à ce moment que la journée tourna au pire : un des mâles Rodian se leva, intimé par la femelle du groupe. Le Rodian était massif et portait un gigantesque vibro-hache – je ne pouvais le laisser prendre une position avantageuse sur moi en cas de combat. Un coup du revers de la main vint réduire ses ardeurs.

Nos communicateurs sonnèrent alors. Tous nos communicateurs, incluant ceux des Rodian. Une invasion – des Impériaux. Des escadrons de soldats impériaux, des Stormtroopers, convergèrent sur la cantine. Ils semblaient être présents pour les Rodian, mais j’étais à leur table. Trop tard pour une retraite.

De sa position avantageuse au comptoir, Takish fit pleuvoir la mort sur les premiers impériaux. Je fus ensuite reconnu : » Malek de Trian, prime de 20 000 crédits » était un incitatif intéressant pour empêcher la retraite – l’engagement allait être jusqu’à la mort – la nôtre ou la leur.

À travers les gaz incapacitants lancés par les impériaux, je joignis le combat appuyé par les tirs de Takish, sabre laser à la main. Touché à plusieurs reprises, je réussis malgré la douleur à rester debout et à trainer notre pilote, inconscient à cause des gaz incapacitants, à travers une brèche laissée par les impériaux.

Après avoir alerté le vaisseau de notre arrivée prématurée, nous laissâmes Takish derrière, qui avait obtenu une carte de l’astroport pour nous diriger via un port d’ordinateur ouvert dans un corridor. Avant de nous rejoindre à l’entrée du hangar, Takish réussit à activer les défenses de l’astroport, qui semblait avoir été désactivée par les impériaux.

Cette action s’avéra immédiatement salvatrice : derrière le chaos des individus fourmillant autour des vaisseaux, tentant de récupérer cargo et membres d’équipages, un croiseur impérial bloquait la sortie du hangar, canons braqués vers nous.

Après avoir mis Ekko en sécurité dans notre vaisseau, je retournai vers l’avant du hangar afin d’organiser l’assaut : le croiseur devait être ciblé par tous les vaisseaux présents si nous voulions avoir une chance de sortir du blocus qu’il créait.

Bien que nous avons été séparés rapidement, j’appris plus tard que Takish avait sauté dans un chasseur Z-95 et que des missiles qu’il avait lancé étaient responsables de l’énorme explosion qui secoua l’arrière du hangar : Takish avait visé un groupe de soldats impériaux qui entouraient la Jedi au sabre laser rouge, qui, encore une fois, semblait nous suivre pas à pas. Sa présence mystérieuse dans l’astroport restera par contre inexpliquée pour nous : elle fut aperçue par Takish, trainée par les impériaux restants vers leur croiseur. Si elle n’avait pas péri suite à l’explosion, son état ne lui permettrait certainement pas de raconter son histoire sous peu.

K.P., quant à lui, la femme capturée par les Rodian sur son épaule – qui s’avéra être un officier de Zsinj – poursuivit la chef des chasseurs de primes jusqu’à son vaisseau. Après avoir maîtrisé et ligoté les deux Rodian restants, toujours affectés par le gaz incapacitant des impériaux, il convainquit la Rodian de se joindre à l’effort contre le croiseur impérial – sa seule option pour sortir du hangar vivante.

Notre fuite de l’astroport fut donc complétée dans trois vaisseaux différents. Pour autant que je le savais à ce moment, notre vaisseau pouvait être le seul à avoir réussi à vaincre le blocus du croiseur impérial.

Comments

JSL

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.